Comment l’État veut couler la filière nautique française

Co-navigation & services

Co-navigation pour le tour de l’île d’Aix

Sortie en mer journalière au départ de La Rochelle pour rejoindre le cœur du pertuis d’Antioche pour découvrir un croissant de terre « l’île d’Aix …

Voir la suite →

Préparation au CRR

L’usage de certains équipements de communications à bord d’un navire ou bateau nécessite qu’au moins une personne à bord possède la compétence requise. Par exemple, …

Voir la suite →

Comment l'Etat veut couler la filière nautique française avec un oukaze rétroactif

A compter du 1er novembre, il ne sera plus possible de bénéficier d’une TVA de 10% sur les LOA relatives aux bateaux de plaisance.

 

Alors que la crise économique bat son plein, la Fédération des Industries Nautiques (FIN) appelle à un moratoire sur cette décision d’une brutalité extrème pour un secteur fragilisé.

Comment lEtat veut couler la filiere nautique francaise

Ce matin, 6 novembre, l’administration fiscale française a publié un texte au Bulletin Officiel des Finances Publiques qui met fin, à compter du 1er novembre (!!!), à “la possibilité d’appliquer un abattement forfaitaire sur l’assiette des loyers imposables à la TVA en France, dans le cadre de la location de bateaux de plaisance”. 

« La brutalité et l’effet rétroactif de cette disposition sont inadmissibles. Cette mesure intervient à un moment où nos entreprises s’efforcent de résister à la crise, de sauvegarder les emplois et le savoir-faire de l’industrie nautique française » indique la FIN.

Depuis plusieurs mois, l’organisation professionnelle travaillait sur ce sujet avec ses homologues italiens pour que cette réforme, imposée par la Commission Européenne, ne crée pas de distorsions de concurrence.

Des échanges réguliers avaient eu lieu avec le directeur de cabinet du Ministre de l’Economie et des Finances et la Direction de la Législation Fiscale (DLF).  

Lors du dernier rendez-vous qui s’était tenu il y a un mois, il avait d’ailleurs été convenu qu’une délégation de la FIN poursuive les travaux avec la DLF mi-novembre afin de définir, en concertation, les contours du nouveau régime.

« La publication de ce texte aujourd’hui est incompréhensible. C’est ajouter une nouvelle crise à la crise », juge la fédération professionnelle.

La FIN appelle donc le gouvernement français à faire preuve de discernement et à mesurer le risque auquel il expose toute la filière nautique. 

« L’application immédiate, voire rétroactive, de ces dispositions compromet gravement l’activité commerciale française de toute la filière, puisque l’ensemble des métiers qui la composent sont interdépendants. Le système de financement des achats de bateaux neufs repose en grande partie sur ce régime fiscal. L’affaiblir, c’est affaiblir toute la filière. Nous demandons instamment que ces dispositions soient retirées et qu’un temps soit donné aux entreprises pour pouvoir s’adapter au nouveau régime issu de la concertation ». 

Partager sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *